Rakiura track-stewart island-vue sur une plage paradisiaque

Le Rakiura Track à Stewart Island – Notre guide complet

Avez-vous déjà rêvé de vous évader dans une nature préservée au cœur du Pacifique, où le temps semble suspendu ? Bienvenue à Stewart Island, l’île du bout du monde également connue sous le nom maori de Rakiura, un petit bijou préservé au sud de la Nouvelle-Zélande. Avec seulement 400 habitants permanents, c’est un véritable havre de paix où la nature règne en maître. C’est aussi l’un des rares endroits de Nouvelle-Zélande où vous pouvez voir des kiwis dans leur habitat naturel. Et en plein jour !

Je suis Félicia, stagiaire pour Antipodes Travel. J’ai eu la chance de passer quelques jours sur Stewart Island en avril 2024. Découvrez dans cet article tout ce que je peux vous apprendre sur cette île, et en particulier sur le Rakiura Track, la célèbre randonnée de plusieurs jours.

1. Bienvenue à Stewart Island

randonneur à Maori beach
©Félicia Pouliquen

Saisons idéales

Bien que Stewart Island puisse se visiter toute l’année, les mois de novembre à avril offrent des conditions plus clémentes pour emprunter le Rakiura Track. Ma période favorite pour visiter la Nouvelle-Zélande est mars-avril car il y a peu de touristes et la météo est encore agréable.

La magie de Rakiura

Rakiura, qui signifie « le pays aux cieux lumineux » en maori, est un véritable spectacle pour les yeux, avec ses aurores australes qui illuminent régulièrement le ciel une fois la nuit tombée. Il est possible de prendre part à une sortie guidée en pleine nature pour observer les étoiles et ces aurores spectaculaires.

Un sanctuaire naturel

©Pin your footseps

« Le visage de la terre change si rapidement qu’il ne restera bientôt plus grand-chose de la nature primitive. Dans l’ancien monde, elle a pratiquement disparu à jamais. Voici donc le principal avantage de l’île Stewart, un avantage qu’il est difficile de surestimer. C’est un véritable morceau du monde primitif ». Le botaniste Leonard Cockayne, 1909.

Ici, la nature est reine, préservée dans son état d’origine. La majeure partie de l’île est à peu de choses près telle qu’elle était avant l’arrivée des humains. Rakiura compte 28km de route pour 280km de sentiers pédestres. Avec une surface d’environ 2 000 kilomètres carrés, 85 % constitue le parc national de Rakiura. On y vient pour faire de la randonnée, observer les oiseaux, notamment sur la petite île d’Ulva, et prendre un grand bain de nature !

Il y a peu de prédateurs introduits sur l’ile donc les oiseaux y prospèrent. Vous remarquerez que le chant du Tui est différent ici : il émet une plus grande variété de mélodies !

2. Sur les traces du Rakiura Track

Plan de la randonnée Rakiura Track
©Félicia Pouliquen

Stewart Island/Rakiura est le paradis des randonneurs. De nombreuses marches sont possibles sur l’île pour tous les niveaux. Du petit circuit de 30 minutes au grand de 11 jours, vous y trouverez forcément votre bonheur. La randonnée pédestre Rakiura Track dure 3 jours, c’est la plus connue de l’île et elle ne nécessite pas d’avoir une grande expérience. C’est une boucle de 39 km que je recommande de faire sur 3 jours.

Oban à Lee Bay : 5km / 1h30
Lee Bay à Port William Hut : 8 km / 3h30
Port William à North Arm Hut : 13km/6h
North Arm Hut à Fern Gully Park : 11km / 4h30
Fern Gully Park à Oban : 2km / 20 min

Le défi de la randonnée

Comparaison de la couleur de l eau au printemps et en automne
©Félicia Pouliquen

Le Rakiura Track, c’est plus qu’une simple randonnée, c’est une aventure à part entière ! Préparez-vous à être ébloui par des panoramas à couper le souffle, à vous confronter à des montées et des descentes parfois boueuses, mais toujours gratifiantes une fois surpassées.

C’est une randonnée de plusieurs jours qui peut se faire en seulement deux jours, mais je vous conseille vivement de la faire en trois jours pour profiter pleinement de chaque instant, sans vous presser. En plus, la première hut (refuge) où vous passerez la nuit se situe dans un cadre tout simplement paradisiaque !

Alors voilà comment ça se passe : tout d’abord, vous rejoignez le port de Bluff, au sud d’Invercargill, où vous prenez le ferry qui vous emmène à Stewart Island. Vous pouvez aussi opter pour l’avion. La traversée peut secouer un peu, donc pensez à vous munir de bonbons ou d’autres remèdes contre le mal de mer si vous y êtes sensible. La traversée dure environ une heure.

Une fois arrivé au port d’Oban, vous avez le choix : soit vous marchez pour rejoindre Lee Bay qui est le point de départ du sentier (environ 1h30 de marche), soit vous prenez une navette qui vous y dépose. Personnellement, nous avons préféré marcher. Il n’y a pas vraiment de sentier pour s’y rendre, alors il faut longer une route sur la majeure partie du chemin, mais c’est aussi l’occasion de profiter d’une belle balade sur la plage de Butterfield. Vous aurez sûrement la chance de croiser un lion de mer ou une otarie en train de lézarder. Et puis il n’y a quasiment aucune voiture, donc vous pouvez marcher tranquillement sur la route.

La première partie de la randonnée vous mène jusqu’à Port William Hut. On l’a fait en un après-midi complet, en prenant notre temps et en faisant de nombreuses pauses sur les plages de sable fin et dans le bush. Si vous partez le matin, je vous recommande de vous arrêter à Maoris Beach pour le déjeuner. L’endroit est vraiment agréable.

Tout au long de cette randonnée, vous bénéficierez de nombreux points de vue sur l’océan, avec des paysages grandioses. Selon les saisons, la couleur de l’eau peut changer, par exemple en automne elle était couleur rouille mais elle peut être bleu turquoise en été. Dans les deux cas, le rendu est magnifique. Cette première partie de la rando est plutôt facile. Pour rejoindre Port William Hut, il faut faire un petit détour d’environ 40 minutes.

La dernière partie de la randonnée est moins boueuse et beaucoup plus courte que la première, mais elle m’a semblé aussi plus sportive (ou bien c’est simplement parce que mes jambes commençaient à rendre l’âme !). Vous découvrirez différents lieux historiques sur le sentier, où vous pourrez voir d’anciennes machines à couper le bois qui ont servi à construire ce sentier. Des panneaux explicatifs racontent l’histoire du lieu. Depuis Fern Gully Park qui est le point final du track, il vous reste 20 minutes de marche pour rejoindre Oban. Ensuite, vous pouvez décider de prolonger votre séjour en dormant à Oban pour vous reposer ou observer les oiseaux natifs sur la petite île d’Ulva. Ou vous reprenez le ferry pour retourner à Bluff.

Rencontre avec la nature

Nature à Stewart Island
©Félicia Pouliquen

Au fil des kilomètres dans cette forêt humide, vous croiserez des espèces végétales uniques et une faune foisonnante. Gardez les yeux grands ouverts, vous aurez peut-être la chance d’apercevoir un kiwi (l’oiseau) dans son habitat naturel ! Ils sont actifs de jour comme de nuit ici, ce qui est rare car partout ailleurs en Nouvelle-Zélande, ils ne sortent que la nuit. Les kiwis sont même plus nombreux que les humains, on estime qu’il y en a 20 000 sur l’île ! Ils ne sont pas toujours faciles à voir, ils fuient les humains et s’approchent rarement des zones habitées. Donc pour rencontrer cette petite célébrité, il faudra rester silencieux. D’après les locaux « Celui qui le cherche ne le trouve pas. C’est au kiwi de vous trouver ».

Il n’est pas rare de croiser une biche sur son chemin ou devant les huts. C’est assez perturbant au début mais on s’y fait vite !

Il n’y a pas de réseau durant toute la randonnée, je vous conseille donc d’emporter un petit livre ou de télécharger quelques documents qui vous permettront de reconnaître les espaces végétales de l’île. Nous nous sommes beaucoup amusé à essayer de les deviner !

3. Préparer votre aventure

Panneau attention Kiwi sur le Rakiura Track
©Félicia Pouliquen

Planification essentielle

Pour profiter pleinement de cette escapade, prévoyez votre réservation plusieurs semaines à l’avance. Les places en refuges sont prisées, surtout en haute saison, alors anticipez et réservez dès que possible ! De même pour le ferry, il n’y en a pas beaucoup par jour, et il est souvent complet donc n’essayez pas d’acheter vos billets sur place au terminal, sinon vous risquez de vous retrouver coincé à Invercargill. Le parking à Bluff ne nécessite pas de réservation au préalable mais sachez qu’il est payant.

Pensez à faire une capture d’écran de la confirmation de réservation du refuge avant de partir car vous n’aurez pas de réseau et le Ranger du DOC (Department of Conservation) vous demandera systématiquement votre numéro de confirmation. Et n’oubliez pas de signaler votre jour de départ et le jour prévu pour votre retour auprès du DOC.

Je vous recommande de vous rendre au centre d’information de Stewart Island avant de commencer votre randonnée. Profitez-en pour récupérer un guide de randonnée.

Équipement indispensable

Quel que soit la saison, prenez des vêtements chauds, la météo est très changeante dans cette région. A titre d’exemple, le premier jour de la randonnée, le soleil, la pluie et la grêle se sont alternés durant toute la durée de la marche. Privilégiez plusieurs couches de vêtements plutôt qu’un seul vêtement chaud.

Si vous comptez utiliser votre téléphone durant le séjour, je vous recommande d’apporter une batterie externe car il n’y a pas d’électricité disponible sur le sentier et dans les refuges.

Pensez à acheter toute la nourriture dont vous aurez besoin au préalable à Invercargill, et privilégiez de la nourriture rapide à cuisiner de type sachet de nouilles chinoises ou riz précuit en sachet. Un réchaud à gaz et une casserole sont indispensables pour cuisiner, et aussi pour faire bouillir votre eau car elle n’est pas potable dans les huts.

Il n’y a pas de douche alors des lingettes pourraient être un bon investissement ainsi que des sacs poubelle que vous devrez garder avec vous durant tout le séjour. Rappelez-vous la Tiaki Promise que vous avez faite en arrivant à Aotearoa !

Assurez-vous bien d’avoir tout ce qu’il vous faut pour trois jours d’aventure au cœur de la nature. Voici une petite liste des indispensables à apporter avec vous :

Sac de couchage Un jeu de cartes
Boules Quies (pour se protéger des ronfleurs récidivistes) Bol, casserole et couverts
Gourde Kit de secours
Équipement pour la boue Batterie externe
Équipement basique de randonnée Lingettes nettoyantes
Un bon coupe-vent Sac poubelle
Répulsif (pour se protéger de ces satanées sandflies) Réchaud

Budget

L’entrée au paradis a un prix, alors autant s’y préparer. Le coût total d’un séjour de 3 jours à Stewart Island pour le Rakiura Track s’élève à environ 466 dollars, soit 260 € au moment où j’écris cet article (avril 2024). Bien sûr, je n’ai pas inclus le prix des équipements, du réchaud, etc. Je suppose que si vous lisez cet article, c’est parce que vous êtes déjà des randonneur chevronné… Pas vrai ? Ha ha, assez plaisanté, voici l’infographie :

Budget previsionnel Rakiura track
©Félicia Pouliquen

4. Réservez votre voyage dès aujourd’hui !

Plage paradisiaque à Stewart Island sur le Rakiura Track
©Félicia Pouliquen

Cette randonnée est une expérience unique si vous n’avez pas une grande expérience en matière de randonnée et si vous n’avez que quelques jours devant vous. Mais il faut quand même être en bonne forme physique et pouvoir marcher plusieurs heures sur un terrain boueux. Et la météo peut rendre la balade… trépidante !

Pour vivre cette expérience inoubliable sur le Rakiura Track, réservez dès maintenant votre voyage avec Antipodes Travel. Nous nous occupons de tout pour que vous puissiez vous concentrer sur l’essentiel : profiter de chaque instant de votre escapade !

Alors, qu’attendez-vous pour vous lancer dans cette aventure ?

Juin 2024 – Félicia Pouliquen

D’autres idées de randonnées en Nouvelle-Zélande :

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *